> Accueil > Expositions> Histoire des laboratoires de minéralogie et de chimie de l'École des mines de Paris> Un abandon relatif du laboratoire : de Paris à Pesey (1802-1814).

Un abandon relatif du laboratoire : de Paris à Pesey (1802-1814).

La création de l'école pratique de Pesey

L'arrêté consulaire du 23 pluviôse an X (12 février 1802), marque la création des Écoles pratiques des Mines, situées en province, dont la plus importante est implantée à Pesey. Les élèves partent, mais le laboratoire d'essais demeure à Paris, sur ordre de l'administration des Mines, tout comme les collections minéralogiques.

Bien qu'il n'y ait pas d'enseignement de la docimasie à proprement parler à Pesey, ils disposent là-bas d'un laboratoire rudimentaire, où ils peuvent s'exercer aux analyses sous la surveillance de leur professeur de métallurgie, Hassenfratz. Le registre de Pesey révèle que les élèves analysaient des galènes issues des environs de Moutiers, qu'ils rapportaient de leurs courses géologiques. Mais, selon Louis Aguillon, les élèves disposent d'une grande liberté qui faisait que ces exercices n'étaient pas suivi avec assiduité par la majorité des élèves. 

Les élèves les plus doués pour l'analyse chimique viennent fréquemment séjourner à Paris et s'exercer au laboratoire des essais. Ils ramènent dans leurs bagages – ou envoient directement au laboratoire parisien - de nombreux échantillons collectés sur place pour procéder à des analyses plus complètes. André Guényveau, élève ingénieur entré à l'École en 1802, nommé plus tard professeur de métallurgie est remarqué par Collet-Descotils qui le fait venir pour le seconder dans les essais. Pierre Berthier, diplômé en 1805 puis attaché au service de la direction de l'école travaille également assidûment pour le laboratoire à partir de 1810.  

Une situation peu propice à la recherche

En juin 1814, suite à la Restauration, une ordonnance enjoint l'Agence des mines de rendre l'hôtel de Mouchy. La direction est contrainte de trouver un nouveau local. Elle loue dans le même quartier, à partir du 1er juillet 1814, l'hôtel du Petit-Luxembourg avec ses dépendances. Le déménagement se fait sans tarder et les laboratoires sont installés dans les communs de l'hôtel. Celui-ci se trouve donc en état de fonctionner pendant l'hiver 1814-1815, même si peu d'analyses sont effectuées durant cette période.

Descotils est nommé provisoirement directeur de l'École le 1er août 1814. Il reste officiellement le directeur du laboratoire des essais, mais en pratique l'essentiel du travail est dévolu à Berthier. A peine installée, l'École est contrainte de déménager une nouvelle fois en 1815. Elle choisit comme lieu d'accueil l'hôtel de Vendôme, situé à l'époque au 34 de la rue d'Enfer. Le bail est conclu pour 9 ans, à partir du 14 août 1815 et l'installation dans les locaux se fait à la fin de l'année 1815. 

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 6 plus 2 ?