> Accueil > Expositions> Les mines au féminin : femmes savantes, ouvrières et ingénieures (XVIe-XXe siècle)> 1.1 Une femme savante et l'art des mines sous Louis XIII

1.1 Une femme savante et l'art des mines sous Louis XIII

La restitution de Pluton. A monseigneur l'eminentissime cardinal duc de Richelieu. Des mines & minieres de France, cachées & detenuës jusques à present au ventre de la terre, par le moyen desquelles les finances de Sa Majesté seront beaucoup plus grandes que celles de tous les princes chrestiens, & ses sujets plus heureux de tous les peuples. Ensemble la raison pourquoy lesdites mines et minieres ont esté jusques à present presque inutiles & sans profit à la souveraineté & majesté royale.

La restitution de Pluton, 1640

Martine de Bertereau, une aventurière ? 

Née dans le Berry, ou la Touraine, vers 1590, elle est issue d'une famille de petite noblesse mais reçoit une éducation humaniste de qualité. En 1610, elle se marie avec Jean du Chastelet, baron de Beausoleil et d'Auffembach, conseiller impérial des mines de Hongrie. Pendant quinze ans, ils voyagent en Europe du Nord et du Sud, et même en Amérique et visitent de nombreux sites miniers.

En 1626, ils sont commissionnés par le surintendant des mines, le marquis d'Effiat, afin de prospecter dans les provinces françaises, d'ouvrir les filons et de lancer l'exploitation des sites les plus rentables. En 1630, puis 1634, ils sont reconfirmés dans leur mission. Le baron de Beausoleil sollicite des concessions pour rembourser les frais engagés, mais ne les obtient pas. La déception est grande pour Martine de Bertereau.

Le premier ouvrage de la baronne de Beausoleil parait en 1632. Il est intitulé Véritable déclaration faite au roy (...) des inestimables tsors nouvellement découverts dans le royaume de France, suivi en 1640 de La Restitution de Pluton. Suite à la parution de ce livre, son mari et elle sont emprisonnés par Richelieu, le baron à la Bastille et la baronne au donjon de Vincennes. Le cardinal n'a pas apprécié que la baronne mette en cause un représentant du roi dans ses écrits. Ils seront détenus jusqu'à la fin de leur vie.

A cause de cette vie hors norme, la baronne de Beausoleil a été par la suite qualifiée d'"aventurière" ou de "magicienne". Ses livres, sont, de l'avis général, repris par le géologue Pierre Routhier, "sans valeur scientifique et technique". Il est vrai qu'ils n'apportent aucune nouveauté en matière de métallurgie ou d'exploitation minière.

 

La restitution de Pluton. A monseigneur l'eminentissime cardinal duc de Richelieu. Des mines & minieres de France, cachées & detenuës jusques à present au ventre de la terre, par le moyen desquelles les finances de Sa Majesté seront beaucoup plus grandes que celles de tous les princes chrestiens, & ses sujets plus heureux de tous les peuples. Ensemble la raison pourquoy lesdites mines et minieres ont esté jusques à present presque inutiles & sans profit à la souveraineté & majesté royale.

Extrait d'une planche astrologique

de la Restitution de Pluton. 

Mines et mystères

La baronne de Beausoleil se revendique plutôt comme une spécialiste des "sciences spéculatives" : alchimie, astrologie, magnétisme...En effet, pour elle, "la connaissance des Mines", est une "chose occulte, (...) d'autant plus difficile à acquérir que moins elle est apparente". Martine de Bertereau est une experte de la découverte des "eaux" et des "fontaines" aux vertus thérapeutiques, dont elle connait les composantes minérales. Elle se prévaut d'ailleurs de la découverte d'une source à Château-Thierry.

Surtout, elle justifie son droit, en tant que femme, de connaître et de pratiquer cet "Art" des mines, qui n'a, selon elle, rien à voir avec la magie. Elle invoque l'exemple des femmes instruites de l'antiquité grecque et romaine, qui sont ses modèles.

Extrait de la brochure de 1632 : « plusieurs voyant au frontispice de ce discours le nom de femme, me jugeront à même temps plutôt capable de l'économie d'une maison (...) que capable de faire percer, et creuser des montagnes (...), opinion vraiment pardonnable à ceux qui n'ont lu les histoires anciennes (..) ".

Malgré ce qu'en ont pensé les scientifiques, la baronne de Beausoleil et son mari ont joué un rôle non négligeable en matière de connaissance et de reconnaissance des mines françaises sous l'Ancien Régime :

  • Ils ont tenté d'initier une politique royale d'exploitation des mines en montrant la richesse du sous-sol français.
  • Ils ont réalisé un premier recensement des sites exploitables de Bretagne, inconnus jusqu'alors. Leurs travaux seront utilisés par la suite au 18e siècle pour localiser plusieurs mines comme celle de Poullaouen ou Huelgoat.

f2.image.lowres
Au XVIIe siècle, l'attitude de Martine de Bertereau reste marginale. Une femme qui fait étalage de ses connaissances scientifiques est mal considérée. Pour preuve, Marie Meurdrac, auteur d'un remarquable ouvrage paru en 1666, La chimie charitable et facile en faveur des dames, l'explique dans son introduction : une femme "doit demeurer dans le silence, écouter et apprendre, sans témoigner qu'elle sait (...) puisque les hommes méprisent et blâment toujours les productions qui partent de l'esprit d'une femme".

Au siècle suivant, l'éclat et le nombre de ces femmes de sciences s'accroient...

 

 


La chymie charitable et facile en faveur des dames (2e éd.) / par damoiselle M. M.
Source: gallica.bnf.fr

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 3 plus 2 ?