Longue lettre de Louis Agassiz à Elie de Beaumont.Mention de Bey Delessert, d’Humboldt, de Buch, de Michelin. Envoi de fossiles et de manuscrits imprimés (A l’intérieur de la même écriture, feuilles sur les glaciers) [Image 7]

Cette page est protégée ou vous n’avez pas la permission de la transcrire.

où la pente est en moyenne de 25° ; la seconde de deux pieux, à quelques cent mètres plus haut de là ; près de l'origine du glacier, en un endroit où la pente moyenne est de 15°. Or en 13 jours, du 23 août au 4 septb, l'avancement de la station inférieure a été de 0m72 ou 55 millimètres par jour ; le [2 mots barrés] plus accéléré des deux pieux de la ligne supérieure a parcouru dans le même temps 0m61, soit 47 millimètres par jour. Il me parait évident d'après cela, que dans certains cas, le grand glacier peut réellement faire obstacle à la marche des glaciers latéraux ; et c'est pour cela que nous voyons les glaciers de Grünberg et de Silberberg ralentir leur marche à l'approche du confluent tandis que le glacier postérieur de Trift qui ne rencontre pas d'obstacle pareil dans son cours, va au contraire en augmentant de vitesse mais il n'est pas moins évident que la différence de vitesse entre le grand glacier et les glaciers latéraux, différence qui est toute à l'avantage du premier, [1 mot barré] a sa cause partielle ailleurs que dans cet obstacle, puisque les deux glaciers de Trift qui ne sont en aucune façon gêné dans leur cours, n'en marchent pas plus vite pour cela. Il m'importait [1 mot barré] de savoir si les masses de névé qui remplissent les entailles du rivage, et que M de Charpentier désigne sous le nom de Bas névés étaient aussi douée de mouvement. Ces masses sont de neige ou de névé à leur surface, mais leur intérieur est de glace, de cette glace terne et bulleuse que j'ai désignée sous le nom de glace de névé. Il y a sur les flancs de l'Escherhorn un couloir rempli de ce névé, qui s'élève presque jusqu'au sommet du pic, en se rétrécissant de bas en haut ; j'y établi plusieurs stations, la première ou la supérieure, à l'origine du premier élargissement, environ 300 mètres au dessus du confluent, en un endroit où la pente est de 43°, la seconde composée de deux pieux à l'origine du second élargissement 150 mètres plus bas, en un endroit où la pente est de 40°, et une troisième composée d'un pieu à l'origine du troisième élargissement, par une inclinaison de 29°. L'avancement a été en 16 jours (du 19 août au 4 septb)