Annales des Mines (1830, série 2, volume 8) [Image 66]

Aide de formatage wiki

3/

130 DÉTAILS H1STOR. SUR LA VAPEUR AQUEUSE.

puis une jusqu'à vingt-quatre atmosphères, et re-

présenter les lois des phénomènes par une formule extrêmement simple, si bien adaptée aux

ORDONNANCES DU ROI,

vingt-quatre atmosphères, qu'on peut en étendre

l'application à un nombre d'atmosphères plus que double. Ce superbe travail laisse bien loin en arrière tout ce qui était connu sur le même sujet avant' sa publication ; il occupera une place distinguée dans les annales des sciences physico-mathématiques et industrielles. En définitive, les faits consignés dans la Notice de M. Arago ci-dessus mentionnée, le Rapport fait à l'Académie des sciences de Paris, le 4 septem-

bre 1790, et celui du 3o novembre 1829, conduisent aux conclusions suivantes

I.. La machine à vapeur est une invention

française ;

2(). Les premières déterminations exactes sur

les lois qui régissent la force motrice de cette

machine sont aussi des découvertes françaises 3'. Les déterminations ultérieures sur les mêmes lois, qui semblent ne plus rien laisser à désirer, au moins quant aux applications, sont dites à des savans français. Note pour l'usage de l'équation (12). D'après les expériences que j'ai faites très en grand, en i 822 et "1823, sur les machines à vapeur établies à Paris, au Gros-Caillou, la valeur moyenne de e serait de 46000 50000 kilogr. ( équivalente à 46 ou 5o des unités dynamiques, appelles dynamodcs); d'autres résultats d'expériences , et particulièrement ceux qui ont été fournis par les machines de Cornouailles, donneraient à cette quantité cr une valeur beaucoup plus grande (Voy. le Traité des machines de M. Coriolis, pages 256 et 257 ). Mais je pense qu'il est convenable et prudent d'établir les calculs d'ap50000 kilog. plication d'après la valeur cr

CONCERNANT LES MINES, RENDUES PENDANT LA SUITE DU SECOND TRIMESTRE

1829, ET LES TE OISIÈME ET QUATRIÈME TRIMESTRES DE CETTE MÉMÉ A NNÉE. DE

ORD01'.7NANcE da 20 mai 1829, portant concession des mines de iwuille dites de St.-,11enge (Vosges).

( Extrait.)

Mine de

houille

de Saintmenge.

CHARLES, etc. , etc. , etc.

ART. Jar. Il est fait, sous le nom de conces,ion de St.Menge, aux sieurs Bastien Boulet, Bastien Weiss, Buffet, Chappuy, Ferry, jacquot, Pa.yonne, Thouvenin , Delpierre et Putau, réunis en société sous le nom de Société de Mirecourt, concession des mines de houille comprises , en

tout ou en partie , dans les communes de Honécourt, Gironcourt , Menil-en-Xaintois, Dombale-en-Xaintois Rouvres-en-Xaintois, Saint-Menge, Offroicourt, Viviers Girovillers, Domjulien, Gemmelaincourt Parey-sousMontfort, Belmont-sur- Vair et Dombrat, arrondissement de Neufchâteau et de Mirecourt, département des Vosges. ART. II. Cette concession , conformément au plan annexé à la présente ordonnance, a pour limites Au nord, i. une ligne droite allant du clocher d'Honécourt à celui de Gironcourt.; 20. une ligne droite passant par les clochers de Gironcourt et de Ménil-en-Xaintois; 3.. de ce dernier point jusqu'au village de Rouvres-en-Xaintois à l'axe de la route de Mirecourt ; cet axe passe par le Tillage de Dombale et se termine au point en il est coupé par la ligne suivante et où il sera placé une pierre-borne 9.