Annales des Mines (1897, série 9, volume 12) [Image 140]

Aide de formatage wiki

272 ÉTUDE SUR LES GÎTES MINÉRAUX DE LA CORSE

Dans ces deux mines la pyrite de fer, plus ou moins cuivreuse, n'existe pas sous forme de filons ou d'amas, mais elle imprègne les schistes amphiboliques au point de former dans certaines couches un véritable minerai qui serait économiquement exploitable si, dans la plupart

dès cas, sa teneur en cuivre ne tombait au-dessous' de 4 p. 100. La zone d'imprégnation est plus ou moins épaisse selon les cas :

A Lancone, il y en a .deux superposées presqu. e hori-

zontales et distantes d'une trentaine de mètres l'inférieure, de beaucoup la plus épaisse, atteint jusqu'à 2 et

3 mètres de puissance, mais elle est souvent plus réduite ; la supérieure, bien plus mince, est aussi souvent plus riche en cuivre. C'est d'ailleurs un fait assez fréquent, que la teneur en cuivre de ce minerai augmente quand l'épaisseur ,de la couche diminue. A Cardo, la couche d'imprégnation est unique, elle a de I à 2 mètres de puissance avec, dans sa partie centrale, une couche de 0'11,50 de minerai presque massif, qui seul

a été exploité, et est plus redressée qu'a .Lancone (40 à 60°).

.

Jusqu'à 10 ou 15 mètres de la couche d'imprégnation, les schistes encaissants présentent des mouches de pyrite plus ou moins abondantes. Dans chacune de ces mines la couche a été explorée

sur plusieurs centaines de mètres par des galeries en

direction.

Une petite usine de grillage avec cuves de lessivage et de cémentation pour la précipitation du cuivre a été installée autrefois à Cardo, mais elle est inactive depuis plus de dix ans. Gisements divers. Nous avons cité 'd'autres gîtes de - cuivre à Argentella (Vallecalle), consistant en amas de

ÉTUDE SUR LES GÎTES MINÉRAUX DE LA CORSE

273

chalcopyrite dans les schistes quartzo-argileux qui recouvrent les gneiss amphiboliques de la marine de Crovani, nous n'y reviendrons pas ici.

Des recherches pour cuivre (pyrite plus ou moins cuivreuse) ont eu lieu également au voisinage, du hameau de Revin.da, entre Cargèse et lUarignana. Elles n'ont pas été couronnées de succès. M. Hollande cite enfin l'existence du minerai de cuivre (phillipsite ?).à Vallecalle, Rapale, Canavaggio, Lento, etc: Nous n'avons pas connaissance de ces gisements qui, sans

doute, sont peu importants, et où il n'a pas été fait de recherches, au moins dans les quinze dernières années. CARRIÈRES. Matériaux de construction.

Les matériaux, de cons-

truction les plus divers abondent dans l'île, et nous n'avons

pas l'intention d'en énumérer tous les gisements ; nous nous bornerons à citer les localités qui nous ont paru plus particulièrement intéressantes, en raison des qualités exceptionnelles de leurs produits. Il existe de très belles variétés de granite Granite. porphyroïde exploitées ou susceptibles de l'être, à Alga-

jola, près du cap Cavallo, au sud de Cargèse, entre Afa et le col de Listincone, entre Quenza et Zonza, à la marine de Porto-Vecchio, aux îles Lavezzi et Cavallo, et notamment à l'îlot de San-Bainzo où les Romains avaient ouvert plusieurs carrières et d'où ils ont tiré des fûts de colonnes de toutes dimensions. La syénite de Matoni, au nord d'Ajaccio, Syénite.

est particulièrement à signaler. à cause de ses belles teintes dans les tons rose chair, rose saumon et vert (l'herbe. Étant données les facilités que présenterait son exploitation (la carrière n'est qu'à -4 kilomètres du port