Journal des Mines (1794-95, volume 1) [Image 10]

Aide de formatage wiki

( 18 ) une hématite; elle forme, pour ainsi dire un rocher entier de fer, psi diverge en plusieurs filons- cf-une grande étendue. Des expériences ont été faites en grand, à l'instigation du citoyen Faujas , à la fonderie du Creuzor, près Montcenis , où l'on a transporté cent quarante-cinq quintaux dudit ri-insérai. On a procédé avec prudence dans la première expérience, pour ne point engorger le fourneau, et connoitre le degré- de fusibilité de la mine. Le premier essai a eu du succès. La mine a été reconnue fondante, et à produit beaucoup de fer.

Elle a été traitée, dans la seconde expé- rience , seule, et sans autre addition que la castine ordinaire : la fonte a été abondante; et sin' a codé des obus de diverses grosseurs, qui ont fort bien réussi : le surplus a été coulé en lest les vaisseaux. Une troisième expérience, dans laquelle on a fondu, d'une seule opération, soixante-douze quintaux de. mine de la Voulte , avec un mélange d'argile et une petite portion de mine très-pauvre des environs du Creuzot , a donné les résultats les

plus satisfaisans.. ;Le produit de la mine, dis-traction faite de la petite portion de celle du. .Creuzot ,

a été de quarante-cinq livres, plus

trois soixante-douzièmes de fonte au quintal.

( 19 ) Ramus, directeur de la fonderie , Faujas et d'autres artistes, ont pensé que des expériences plus suivies rendroient environ cinquante liv. au quintal; un commissaire du Comite de salut public, témoin des expériences, en a signé le procès-verbal.

On a converti plusieurs centaines de livres de cette fonte en fer, et on en a obtenu des barres qui avoient du nerf et de la qualité. Il en été fait un envoi au Comité de salut public, auquel on a. joint des obus de divers calibres, des doux et autres objets.

Le Comité de salut public a fait parvenir sur-le-champ au citoyen Darcet, habile chimiste , de là mine brute, ainsi que du fer en barre de la Voulie, pour en faire l'essai et l'analyse. Il a procédé de plusieurs manières et a obtenu, par la voie sèche, trente-neuf livres et un tiers au quintal , en observant que des particules du minérai pouvoient avoir échappé à la fusion , et qu'il étoit possible que la mine produisit d'avantage en grand ; la voie humide lui a rendu , par l'alkali prussique , soixante-dix livres au quintal, ce qui est prodigieusement riche ; mais Darcet observe qu'on n'obtiendroit pas en grand des résultats qui pussent s'élever aussi haut. Bij