Explication de la carte géologique du département du Tarn par M. de Boucheporn, ingénieur des mines.- Paris : Imprimerie nationale, 1848. 114 p., 22 cm. [Image 146]

Aide de formatage wiki

— 86 —. quelques jours : elles renferment environ 15 pour cent de niaGère siliceuse, mais cette matière n'est pas toujours de l 'argile; j 'ai trouvé dans le calcaire hydraulique de Saint-Martin-de-Damiatte une forte proportion de silice pure, soluble dans les acides : il y avait environ I o de silice pour cent de chaux . Il est à présumer qu'elle provient des dépouilles d'animaux microscopiques mélangés au calcaire, comme il en abonde dans la craie, suivant les belles observations de M . Ehrenberg . Près de Castelnau-deMontmirail, le calcaire d'eau douce renferme même aussi des concrétions de silex d'un volume considérable. Nous dirons plus loin quelques mots des principales exploitations de ce calcaire pour chaux . On l'emploie rarement comme pierre à bâtir, et alors il est exclusivement employé comme moellon, jamais comme pierre de taille, parce qu'il est gélif. Disposition du calcaire sur les plateaux .—Causses.

La disposition fréquente du calcaire d'eau douce sous forme de nappe à la surface de plateaux étendus donne aux contrées qu'il recouvre ainsi un aspect tout particulier, qui frappe naturellement les regards et qui est facilement saisi, même par les yeux du vulgaire . Ces nappes calcaires, dont on voit de la plaine la ligne blanche former un horizon si distinct au haut des côtes, et s'élever en escarpement au-dessus des pentes plus douces du grès, ont reçu dans le Midi le nom de causses . Nous avons déjà parlé des causses jurassiques : les causses tertiaires présentent quelques-uns de leurs caractères ; ils sont comme les premiers généralement peu fertiles, et il en est même d'une aridité remarquable, comme le causse de Castres, dont nous parlerons plus loin . Marnes.

Nous avons peu de chose à dire, en général , sur les marnes qui ne sont qu 'un calcaire plus ou moins fortement mêlé d'argile,