Différence | Historique de transcription | Journal des Mines (1809, volume 26)

Journal des Mines (1809, volume 26)

Page : Image 26

Révision de 20 mars 2015 21:25:11
edited by 0:0:0:0:0:0:0:1
Révision de 18 févr. 2019 15:38:27
edited by 77.158.173.55
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
SUR L'ACTION DES EAUX FLUVIATILES
 
SUR L'ACTION DES EAUX FLUVIATILES
  
qu'une époque , l'époque atmosphérique. Combien de tems'avons-nous été auparavant sous
+
qu'une époque , l'époque atmosphérique. Combien de tems avons-nous été auparavant sous
 
les mers équatoriales , ce qui forme l'époque
 
les mers équatoriales , ce qui forme l'époque
 
océanique ? Quant aux époques antérieures,
 
océanique ? Quant aux époques antérieures,
 
qui osera les envisager ?
 
qui osera les envisager ?
  
Sun les Sables ,Graviers et Cailloux roulés de
+
Sur les Sables ,Graviers et Cailloux roulés de
 
la Seine.
 
la Seine.
 
Par le même.
 
Par le même.
  
ON reconnaît aisément le sable marin provenu de la sirte platée à la surface du pays,
+
ON reconnaît aisément le sable marin pro-
 +
venu de la ''sirte'' placée à la surface du pays,
 
et qui occupe encore ses hauteurs, d'où il
 
et qui occupe encore ses hauteurs, d'où il
est entraîné vers le bas par les eaux pluviales
+
est entraîné vers le bas par les eaux pluviales :
sable doux,
+
sable doux, très-fin , uniforme , d'une blan-
, uniforme , d'une blancheur matte, tel qu'il a été précipité de l'onde
+
cheur matte , tel qu'il a été précipité de l'onde
 
+
 
de la mer, teint depuis en jaune à la surface
 
de la mer, teint depuis en jaune à la surface
 
du sol par les dilutions ferrugineuses.
 
du sol par les dilutions ferrugineuses.

Révision de 18 févr. 2019 15:38:27

50

SUR L'ACTION DES EAUX FLUVIATILES

qu'une époque , l'époque atmosphérique. Combien de tems avons-nous été auparavant sous les mers équatoriales , ce qui forme l'époque océanique ? Quant aux époques antérieures, qui osera les envisager ?

Sur les Sables ,Graviers et Cailloux roulés de la Seine. Par le même.

ON reconnaît aisément le sable marin pro- venu de la sirte placée à la surface du pays, et qui occupe encore ses hauteurs, d'où il est entraîné vers le bas par les eaux pluviales : sable doux, très-fin , uniforme , d'une blan- cheur matte , tel qu'il a été précipité de l'onde de la mer, teint depuis en jaune à la surface du sol par les dilutions ferrugineuses. Le sable du continent vient du suc siliceux coagulé dans les pores du sol végétal en molécules plus grosses, claires , anguleuses, inégales , détachées par les pluies , éparses par veines dans les gravières. Des fragmens de quartz mat et gros comme des pois ou des noisettes , descendus dé surface de la région meulière et des crêtes du voisinage. Les cailloux roulés ou ,,galets sont en. néral les portions dures du sol que les eaux n'ont pu dissoudre, mais qu'elles ont roulées et arrondies par l'effet des collisions répétées. Ce sont en général des morceaux tuberculeux en forme de larmes et de gouttes détachées de la craie , les uns noirs , les autres blonds venant de quelque marne ochreuse présentant du reste' toute sorte de formes peu

D2