> Accueil > Expositions> L'École des mines de Paris et la guerre 14-18> L'instruction militaire à l'Ecole des mines de Paris

L'instruction militaire à l'Ecole des mines de Paris

Certificat d'aptitude physique délivré pour le concours à l'Ecole nationale des mines, 4 février 1907

Certificat d'aptitude physique de Marcel Moignard délivré en 1907.

Une instruction militaire sous conditions

En conséquence de la loi du 21 mars 1905, une instruction militaire est établie à l'École nationale supérieure des mines de Paris. Cet enseignement n'est accessible qu'aux élèves déclarés aptes au service actif.

Néanmoins, la commission d'aptitude physique, créée en 1907, est chargée d'examiner si les élèves jugés inaptes au service actif mais aptes au service auxiliaire par exemple, lors de leur admission, peuvent assister aux cours et aux exercices militaires. Elle est composée de deux médecins civils et d'un médecin militaire et se réunit dans les locaux de l'Ecole. 

De plus, chaque année, certains élèves de l'École passent devant une commission militaire de réforme, qui peut modifier leur statut : ils peuvent parfois être réintégrés dans le service actif. 

Le programme de l'instruction militaire

Cette instruction consiste d'une part en un enseignement théorique composé de conférences et d'autre part en un enseignement pratique, composé d'exercices de tir et de manœuvres de canons. Les exercices pratiques ont lieu en fin de journée. Avant 1910, les élèves se rendent à l'École polytechnique pour s'exercer. Puis, on installe dans le chemin de ronde, qui ceinture les bâtiments, un ensemble de 4 canons de 75 et un canon de siège de 120. Les manœuvres sont désormais pratiquées dans l'enceinte même de l'École. L'enseignement est dispensé par plusieurs officiers d'artillerie placés sous le commandement d'un lieutenant colonel en charge de l'instruction. En 1914, il s'agit du lieutenant-colonel Wilmet, commandant du parc d'artillerie du corps d'armée de Vincennes.

 

Un aspect de l'Ecole inconnu il y a 50 ans. Inspection militaire de la promotion sortante passé par le général Perruchon, quelques jours avant la célébration de la fête du cinquantenaire de l'Association.

Extrait de la brochure commémorative de l'Amicale des élèves de 1914

 

L'inspection annuelle

Un des temps fort de l'instruction militaire est la revue annuelle dispensée par le général de division nommé inspecteur permanent des écoles. Elle se déroule au printemps, entre mars et juin. Parmi ceux qui ont passé en revue les élèves, on peut citer le général Joffre en 1911 ou le général Dubail en 1912.

En juin 1914, l'Amicale des élèves et anciens élèves de l'École nationale supérieure des mines fête son cinquantenaire en présence de Raymond Poincaré, Président de la République. Cette cérémonie a lieu quelques jours à peine après l'inspection militaire du général de division Perruchon. Les photographies prisent lors de cette revue illustrent une "scène pittoresque" qui frappe nombre d'anciens élèves.

La revue a lieu dans l'enceinte de l'école selon un programme bien précis. En début d'après-midi, les élèves en tenue réglementaire, munis de sabres ou de mousquetons, se rassemblent au fur et à mesure, par promotion, dans le chemin de ronde de l'École, puis ils subissent la revue dans la « cour d'entrée de l'École ». Ils doivent ensuite manœuvrer les pièces d'artillerie devant le général, d'abord chaque pièce de canon de 75 séparément, puis coordonner une « batterie » (formation de base de l'artillerie composée de 4 pièces de canons) sous le commandement d'un lieutenant. Pour terminer, ils sont interrogés sur leurs connaissances des techniques et pratiques militaires.

Le général Joffre a témoigné de sa satisfaction après sa revue dans une dépêche envoyée au directeur de l'École le 27 avril 1911 : « Au cours de l'inspection militaire que je viens de passer à l'École nationale supérieure des mines, j'ai constaté avec le plus grand plaisir la correction et l'attitude des élèves sous les armes, leur aptitude au commandement et la connaissance approfondie de notre matériel d'artillerie. Je suis heureux de vous en exprimer mon entière satisfaction ».

Les élèves qui terminent leurs études doivent passer des examens de fin d'instruction militaire. À l'issue de ces examens, un classement des élèves est réalisé pour déterminer leur affectation de première ou de seconde année de service. Ces examens sont organisés par une commission spéciale, dont les modalités sont régies par l'article 52 de l'instruction provisoire du 10 mai 1909.

 

Quelques documents supplémentaires relatifs à l'instruction militaire juste avant la déclaration de guerre...

 

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 0 plus 3 ?