> Accueil > Expositions> L'École des mines de Paris et la guerre 14-18> 3. L'après-guerre (1918-1926)

3. L'après-guerre (1918-1926)

Paris, place de la Concorde, la foule applaudit Foch et Joffre, 14 juillet 1919

Le 14 juillet 1919 place de la concorde à Paris, alors que la foule applaudit les maréchaux Foch et Joffre. Photographie issue de la collection Félix Leprince-Ringuet

L'armistice est signé le 11 novembre 1918. La France fait partie des vainqueurs mais le bilan de la guerre est très lourd, tant au niveau humain qu'au niveau économique. Les victimes parmi les jeunes élèves de de l'Ecole sont nombreuses, en particulier ceux des promotions 1913 et 1914. Pour faire face à la pénurie d'ingénieurs, l'École ouvre ses portes à des promotions élargies, mais n'en n'oublie pas moins le douloureux passé...

Economiquement, la France est affaiblie car les industries minières du Nord et de l'Est de la France ont subi des dégats importants. Aux ingénieurs des mines de l'École de mines de Paris de favoriser la reconstruction et le réaménagement de tout un secteur. 

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 6 plus 2 ?