Sanguet, Joseph Louis : Tacheomètre autoréducteur Sanguet, Fin du XIXe siècle, debut du XXe siècle

Tachéomètre auto-réducteur Sanguet

Métadonnées du document

Tacheomètre autoréducteur Sanguet

Un inventeur et constructeur : J.L. Sanguet

Joseph Louis Sanguet, né le 8 juillet 1848 à Aigueblanche (Savoie) de Guillaume Sanguet et de Julie Asport [Aspart ?] et décédé le 27 juillet 1921 au Touquet.

Inventeur-constructeur, 31 rue Monge, Paris. N° 696 JLS. La maison est située au 29 rue Monge en 1900.

M. Sanguet, ingénieur topographe, entrepreneur de plans parcellaires et de plans cotés (Chemins de fer de l’Etat et autres). chevalier de la Légion d’honneur. Il obtint des médailles d’or aux expositions universelles de Paris en 1889 et de 1900 ainsi qu’un diplôme d’honneur à l’exposition de Liège en 1905 et deux grands prix aux expositions de Londres en 1908 et de Bruxelles en 1910. Il dirige personnellement la construction des divers instruments inventés par lui.

Ces instruments sont presque tous destinés à la tachéométrie de précision, à la tachéométrie expéditive et aux explorations géographiques.

Outre le tachéomètre autoréducteur pour lequel il dépose un brevet en 1864, il inventa les instruments suivants :

  • Longi-altimètre, ou tachéomètre de montagne à plongée illimitée, à l’aide duquel on lit sur la mire, 1°- soit la différence de niveau, soit l’altitude absolue du pied de la mire exprimées en décimètres ; 2°- la distance réduite à l’horizon.
  • Coordinatomètre, instrument permettant de lire sur la mire, sans connaître ni la distance, ni l’angle azimutal, les coordonnées x, y, z du point occupé par cette mire rapportés à trois plans rectangulaires passant par l’instrument.
  • Diastimomètre, prisme pouvant se placer à volonté devant l’objectif d’une lunette astronomique ordinaire, pour la transformer en lunette micrométrique d’une exactitude supérieure à la lunette anallatique.
  • Boussole topographique, instrument de reconnaissance à l’usage des explorateurs.
  • Rapporteurs tachéométriques, pour le rapport rapide et précis des points levés au tachéomètre Sanguet.
  • Mire légère de 2.20 m pouvant se relever de 1 m. Section de 0.030 m / 0.035 m.
  • Mire moyenne à charnière, développant 4 m.
  • Mire normale de 3.25 m pouvant se hausser de 1 m et 2 m au-dessus du sol, pour vaincre les difficultés de lectures occasionnées par les haies et les murs. (indispensable pour les travaux de longue haleine).
  • Règle à calculs du géomètre topographe. Modification de la règle de Mannheim pour l’approprier aux besoins de la topographie.
  • Abaque Sanguet pour le calcul rapide des cotes d’altitude et des coordonnées horizontales.

Un instrument

2 modèles : tachéomètre n° 1 (modèle normal) et tachéomètre n° 2 (modèle forestier).

Les véritables tachéomètres Sanguet portent le nom et l’adresse de l’inventeur gravés sur l’alidade.

Fin du XIXe siècle, debut du XXe siècle

Instrument scientifique

Fichiers : Licence Ouverte Etalab

Inventaire : Bibliothèque de l'École des mines de Paris, EMP INSTR 0022

MINES ParisTech

Œuvre : Domaine public

Aucune

Commentaires

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 6 plus 1 ?

Embarquez-moi sur votre page, votre blog, votre site !

Copiez-collez ce code pour partagez librement ce document.