Zeiss, Karl, constructeur : Réfractomètre Abbe, Zeiss, 1905

Réfractomètre Zeiss

Métadonnées du document

Réfractomètre Abbe, Zeiss

Un instrument :

Réfractomètre avec prisme non chauffable, modèle 1904

La maison Zeiss

17 novembre 1846 : ouverture d’un atelier et d’un petit magasin par Carl Zeiss. Il s’associe plus tard un compagnon et un apprenti sur le conseil du botaniste Mattias Jacob Schleiden et confie à Ernst Abbe, privatdozent en physique à l’Université d’Iéna le calcul des objectifs de microscopes. Celui-ci conseilla de séparer, dans la construction des microscopes, les étapes mécaniques des étapes optiques.
Au bout de 5 ans, Abbe montre que l’agrandissement de l’angle d’ouverture contribue à l’amélioration du microscope. En 1876, Abbe devient actionnaire silencieux de l’atelier. Il transforma fondamentalement les conditions de production. Dans les années 1880, il développa une usine très bien installée en bordure de Iéna, entraînant la fin du caractère artisanal des ateliers Zeiss qui occupent 360 employés à la fin des années 1880.
Production de verre optique par le chimiste Otto Schott.

Abbe crée en 1889, un an après le décès de Carl Zeiss, la fondation Carl Zeiss et des instituts universitaires, soutient des chaires d’enseignements et favorise des projets de recherche. Il attribua des privilèges sociaux à ses employés (salaire minimum, salaire annuel complémentaire d’entretien, pension d’invalidité ou d’âge, journée de 8 heures, 6 jours de congés payés, dédommagement en cas de licenciement, caisse maladie).
A partir de 1880, élargissement par Abbe du domaine de production de l’entreprise.
1890 : premier objectif photographique
1900 : longues vues pour l’armement des forces de combat de nombreux pays.
Vers 1890, Zeiss se fit une réputation dans le monde de l’astronomie avec les télescopes des observatoires de Heidelberg et de Innsbruck.

1908 – 1912 : sous l’influence du médecin suédois Allvar Gullstrand, Zeiss se consacre au développement et à la confection de lunettes et d’instruments d’ophtalmologie. De même, production d’instruments de géodésie.
En 1914, 5200 employés.
La première Guerre mondiale interrompit le travail sur les instruments et la production s’orienta vers les produits optiques militaires.
Après la défaite de l’Allemagne et les clauses du Traité de Versailles relatives aux restrictions d’armement, Zeiss se consacre aux techniques d’instruments de mesure fine. Conception et fabrication d’instruments de mesures compliqués pour des mesures de pas de vis, de roues dentées, etc.
Dans les années 1930, la lumière ultra-violette (UV), le procédé de contraste de phase et la lumière polarisée apportèrent de nouvelles possibilités d’invention.
Premier planétarium pour le Musée allemand de Munich.
Construction de 21 planétariums vers la fin des années 1930.
Dans les années 1920 et 1930, reprise des instruments militaires pour rester présent sur ce marché.

Pendant le National Socialisme, armement de l’armée allemande. Avions, sous-marins, tanks et protections de l’armée allemande équipés de matériels Zeiss. Après la capitulation allemande, les forces alliées tinrent l’entreprise Zeiss pour responsable de la préparation et de la conduite de la guerre. Les américains occupèrent l’entreprise d’avril à juin 1945, réquisitionnèrent les brevets et les installations et affaiblirent le potentiel scientifique de l’entreprise par la déportation des techniciens chefs vers Heidenheim (Brenz). La force d’occupation soviétique démantela l’appareil complet de production en 1946-1947 et fit disparaître les scientifiques, ingénieurs et ouvriers qualifiés en URSS.

Nationalisation en juin 1948 du capital industriel de l’entreprise qui s’occupe alors de missions sociales et culturelles. A la suite de la construction du rideau de fer, deux usines Zeiss en Allemagne à Iéna et Oberkochen qui devinrent concurrentes et ne se mirent d’accord qu’en 1971. Après la chute du Mur en 1989, démembrement de Zeiss Iéna et privatisation début 1990. Réorganisation et restructuration. Absorption de Carl Zeiss Iéna par Carl Zeiss Oberkochen.

Un inventeur


Ernst Abbe (1840-1905)

1905

Instrument scientifique

Fichiers : Licence Ouverte Etalab

Inventaire : Bibliothèque École des mines de paris, EMP INSTR 0023

L'instrument porte le n° 1657

MINES ParisTech

Œuvre : Domaine public

Aucune

Commentaires

Aucun commentaire ! Soyez le premier à en ajouter un !

Balises autorisées : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>

J'approuve la charte et les conditions d'utilisation et j'accepte de libérer ma contribution sous licence CC BY-SA 3.0 France.

Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, répondez à cette question : Combien font 2 plus 2 ?

Embarquez-moi sur votre page, votre blog, votre site !

Copiez-collez ce code pour partagez librement ce document.