Annales des Mines (1910, série 10, volume 18) [Image 175]

Cette page est protégée ou vous n’avez pas la permission de la transcrire.

336

RAPPORT

SUR

DEUX

NOUVELLES

CYUX 1RES A HAUTE ÉLÉ11ESTE

l 'RF SSION

DE LA COMPAGNIE

LOCOMOTIVES

CYLINDRES A ftJ

Macl ines Sé rie Sé ■ie 3.1101- 3.1 102 26U- 2075 2641- 2670 (tiroirs cylin(tiroirs plans) (tiroirs plans) driq îes)

de la disliïbotion

avant arrière avant an Lère avant arrière avant arrière

Avance linéaire Recouvrement extéDécouvrement

7 3/4 07

3 38 2(1 12

li 3/4

8.5

27

20

3 41 22 12

3 38 21 i . 5 12.5

8.5

7 3/4

6 3/4

10.5

111 .5

26

27

27

27.5

27.5

3 42.5 22 12.5

5 38 20 12.5

5 40 23 13

48.5 23.5 15

53.5 23.5 15

inté-

Ûuverlures 1 maximum maxima? 00 aux crans ( 40 Dimensions des lu-

300 X 35

590 X 40

480 X 42

600 X !

La seule particularité à signaler consiste dans l'application aux cylindres HP de tiroirs cylindriques, comme conséquence de la surchauffe.

VIII. Conclusions. — En résumé, la mise à l'essai d'un nouveau type de machine à grande vitesse, possédant une adhérence et une puissance notablement supérieures a celles des machines Nord actuelles, s'impose comme conséquence des besoins croissants de l'exploitation. Les tvpes prévus paraissent devoir être plus puissants qu il ne serait nécessaire; mais les espérances qu'il est permis de fonder sur la surchauffe peuvent ne pas se trouver entièrement réalisées: il est naturel, dans ces conditions, de réserver une certaine marge pour les essais. Si l'expérience conduit à reconnaître que les machinestypes sont réellement trop fortes pour le service en vue duquel elles ont été étudiées, ses indications permettront de mettre au point un type définitif un peu moins puissant, pour lequel on pourra peut-être revenir à la disposition si avantageuse de l'essieu moteur arrière, et alléger, en

DU CHEMIN DE FER

DU NORD

337

conséquence, le poids de la machine. De toute manière, l'expérimentation vient à son heure et paraît devoir être particulièrement instructive en ce qui concerne l'allongement des tubes à fumée, le développement considérable donné aux surfaces do chauffe, le chargement semi-automatique du foyer, etc. La présentation d'un nouveau type de machine, muni d'une chaudière à tubes d'eau, appelle cependant quelques observations particulières. L'essai delà chaudière à tubes d'eau, qui a été fait jusqu'à ce jour sur la machine 2741, n'est pas et ne peut pas être encore très concluant. On sait seulement qu'après des insuccès réitérés, dus au défaut de résistance des matériaux réfractaires utilisés pour la construction de cette chaudière, l'a suppression de ces Matériaux et leur remplacement par le dispositif actuel à lame d'eau ont permis de maintenir la machine régulièrement en service, et de constater qu'elle était apte à assurer la remorque des trains rapides de voyageurs à forte composition, dans les conditions de vitesse fixées sur le réseau. On a pu également se rendre compte que cette chaudière, ainsi modifiée, se comporte plutôt mieux au point de vue de l'entretien, que les chaudières ordinaires. Les essais de vaporisation ont enfin donné de bons résultats, en ce sens que la production de vapeur à feux poussés a été remarquablement active; mais on a constaté aussi des entraînements importants d'eau vésiculaire, qui donnent lieu de penser que certains organes ont encore besoin d'une mise au point, et à raison desquels l'application de la surchauffe prend un intérêt spécial. On ne peut donc que savoir gré à la Compagnie du Nord d'avoir entrepris la construction de deux locomotives très puissantes, dont une avec chaudière ordinaire et 1 autre avec foyer à tubes d'eau, qui permettront d'élucider les questions les plus intéressantes qui se posent pour l'avenir de la traction à vapeur.