Annales des Mines (1904, série 10, volume 5) [Image 85]

Aide de formatage wiki

162

ESSAI

SDR

LES

JETONS

ET

MÉDAILLES

DE

MINES

10. — ^fl •*• S) ; au-dessus, pic et rivelaine posés en sautoir; au-dessous, 1820; le tout renfermé dans une couronne. R). Dans une couronne, un couffin (*) ; audessous : 30 • S • (**) [Dancoisne et Delanoy, pl. XXII, fig. 4 et p. 144. — Revue numismatique, vol. I (1846), p. 436. — Dewamin, Numismatique de Cent Ans, vol. III, pl. 43, fig. 16]. (Voir Pl. III.) Cuivre rouge et jaune. 31 millim. 11. — C - T; au-dessous, pic et rivelaine posés en sautoir, le tout dans un cercle de grènetis. R). Dans le champ, en deux lignes : 12 • S 0 , dans un cercle de grènetis (Dancoisne et Delanoy, pl. XX, fig. 5 et p. 144. — Dewamin, pl. 43, fig. 17). Cuivre rouge. 24 millim. 12. — SITPROPITIA BARBARA NOBIS . Au-dessus de la palme du martyre et de l'épée posées en sautoir et entourées de nuages, le buste de sainte Barbe à gauche ; derrière elle, nnetourcrénelée; au-dessous : v ■ ?\ BESSAIGNET°(***). R). COMPAGNIE • DES • MINES • A • CHARBON ■ D'ANICHE et, en légende intérieure : HIS • ABDITA • TELLURIS • MUNERA • PATEBUNT . Trophée d'outils de mine: rivelaine, masse, massottes, pics, hache de bosseur et fleurets, rave au centre; dans le bas du champ, 1774. Argent et cuivre octogone (vers 1840). 34 millim. 13. — SIT • PROPITIA • BARBARA • NOBIS • Sainte Barbe assise à droite au pied d'un arbre, tenant sur ses genoux une épée et, de la main gauche, la palme du martyre ; derrière elle, des arbres ; à l'exergue : DÀNIEL DUPUIS. Revers précédent. Daniel Dupuis a gravé cette médaille en 1890, en se

ESSAI

SDR

LES

JETONS

ET

MÉDAILLES

DE

MINES

163

«ervant de l'ancien revers [Gazette numism. franc., 1898, p. 19, n° 41). Argent. 37 millim. 14. — Médaille aux types et légendes précédents (Gazette numism. franç., 1898, p. 181, n° 253). Maquette 237 millim. (Voyez aussi sous le n° 244.) ANZIN, arr. de Valenciennes.

Le charbon gras a été découvert en 1717, à Anzin, par .Jacques Des Androuins, grand mayeur de Charleroy, seigneur de Lodelincourt, etc., qui créa en 17591a compagnie d'Anzin avec le prince de Croy, le marquis de Cernay et d'autres actionnaires. Après la Révolution française, le vicomte Stanislas des Androuins/*), fils du précédent, releva de ses ruines l'établissement (**). 15. — Dans le champ, en monogramme; audessous, 1791. R). JOURNÉE DE MENEUR . Panier de traînage (***). Étain. 25 millim. — Collection Fernand David. 16. — Dans le champ, en deux lignes : MINES DANZIN, ■dans un cercle de grènetis. R). Dans le champ, les initiales entrelacées: S>. CS.\Jt C. W. (Des Androuins, de Taffin, Mauroy, Croy, etc.) (Trésor de numism. et de glyptique. Empire, pl. LU, n° 5). (Voir Pl. III.) Cuivre rouge. 36 mill. 17. — Mêmes coins sur flan carré (Trésor de numism. et de glyptique. Empire, p. 102, n° 5, classement à 1811). Cuivre rouge. 37 X 39 mill.

(*) Mesure de charbon. (**) Cette pièce a été attribuée aux Mines d'Anzin par M. Blanchet {Numism. du Moyen Age, édition de 1890, vol. 2, p. 436). (***) Vivier, graveur? — Isidore Bessaignet, éditeur, originaire Toulouse, était le gendre du graveur Leveque et le beau-frère de Bouvet, graveur de Napoléon III.

(*) Mort au château de Fresnes-sur-l'Escaut, en 1821. (**) Dinaux (Arthur), les Hommes et les Choses du Nord de la France, Valenciennes, in-8" ; 1839. (***) Le classement de ce jeton est douteux. On peut retrouver dans le monogramme les initiales de Desandrouins, Taffin, etc.